Accueil > Enclavitude, MLC² > Enclavitude

Enclavitude

La 56ème Conférence Internationale des Peuples Enclavés s’est ouverte aujourd’hui à Pau. Lors du discours inaugural, la Maire de la ville a rappelé qu’au XXIème siècle nul être humain ne devrait vivre sans une LGV, un aéroport international, et deux autoroutes, conformément aux principes humanistes du Pa Pe Pi PAU Pu. « J’irais à l’ONU demander à ce que ceci soit inscrit dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. »

Son collègue oloronais a ensuite pris la parole afin d’exposer le besoin impérieux qu’avait sa ville d’être désenclavée pour pouvoir accueillir dans de bonnes conditions la prochaine Conférence Internationale des Peuples Enclavés, plongeant la salle dans une certaine perplexité.

A la sortie, le président de la CCI Pau-Béarn, Patrick de Stampa, distribuait des plaquettes intitulées « Pau-Sarragosse en Concorde et en 10mn, c’est possible ! ».

Catégories :Enclavitude, MLC²
  1. karouge
    8 avril 2011 à 17 h 05 min

    Comme j’étais présent à cette conférence internationale, je me permets de vous signaler qu’un fonds spécial du FEDER sera débloqué prochainement (dès que l’on aura retrouvé les clefs) pour le creusement du canal Gave-Adour reliant Oloron au port de Bayonne, afin que les dockers puissent se rendre à leur travail depuis la cité piémontaise, qui devrait voir son urbanisme bouleversé (construction de barres HLM sur la commune de Légugnon, au lieu-dit Vignau, où le gave fait un S). Il s’est dit que l’idée était venue d’un bruit d’outre-tombe descendu de la sépulture de Jules Supervielle, qui se la dore sur la colline.

    La compagnie maritime Titouan Lamazou se consacrant d’habitude uniquement aux croisières sera chargée d’assurer la liaison. Souhaitons que seuls les travailleurs mâles emprunteront cette voie, car la vallée d’Aspe a besoin de femmes, belles d’aspect et riches de coeur, n’est-ce pas?

  2. karouge
    18 avril 2011 à 17 h 53 min

    Les lecteurs de Pa Pe Pi Pau Pu attendent avec impatience l’article traitant de la double signalétique (française et pautoise) des panneaux routiers. Il semble évident qu’un béarnais ne saurait reconnaître un panneau « travailleur » que si, sur celui-ci, est dessiné un portugais avec sa truelle, ce qui n’est pas actuellement le cas, ce panneau représentant un noir penché sur un tas de charbon, signalétique que seuls comprennent les auvergnats, par ailleurs connus pour leur radinerie et leurs bistrots parisiens à la mode.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :